Pour les propriètaires de chevaux tout simplement ...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les plantes toxiques pour les chevaux

Aller en bas 
AuteurMessage
Morrigane
Admin
Admin
avatar

Sexe : Féminin Nombre de messages : 28
Localisation : Centre
Points : 4105
Date d'inscription : 19/09/2007

MessageSujet: Les plantes toxiques pour les chevaux   Sam 18 Déc - 13:38

Le cheval est un herbivore fragile, sensible à la qualité des aliments qu’il ingère. Des pathologies peuvent être provoquées à cause de mauvais foin ou enrubannage : botulisme, présence de mycotoxines, excès de poussières, forme du fourrage pouvant favoriser les coliques, plantes déséquilibrées en azote, réaction de Maillard dans le foin (lorsque le foin est stocké trop humide ou qu’il a subi plusieurs jours de pluie, il prend une couleur brune signe de présence de moisissures)…

D’autres maladies peuvent survenir à partir de biomolécules produites ou faisant partie intégrante des plantes. Malgré leur instinct, chaque année, des chevaux meurent suite à l’ingestion de plantes toxiques. La mort peut survenir subitement ou au bout de quelques jours après des signes de nonchalance, des troubles respiratoires ou cardiaques, des convulsions ou encore des coliques… Pour certaines espèces, une très petite quantité de plantes suffit à abattre l’animal.

Par ailleurs, certaines plantes sont toxiques à l’état frais, et ne le sont pas en foin ; d’autres sont aussi toxiques en vert que desséchées.

On trouve parmi ces plantes beaucoup de plantes ornementales d’extérieur, mais aussi certaines qui sont cultivées. Il faut donc être vigilant en randonnée.
On peut ainsi les classer en 4 groupes de plantes : les ornementales d’extérieur, les plantes cultivées, certains arbres fréquents et des plantes sauvages non ligneuses, généralement annuelles.


Les ornementales d’extérieur

• L’if est de loin la plus toxique : 250 gr peuvent tuer un cheval de 450 kg, sans aucun antidote ! Troubles de l’équilibre, convulsion, le plus souvent mort directe sans symptôme. Attention en zone périurbaine, des accidents peuvent arriver lorsque des gens, pour se débarrasser des branches élaguées de leur jardin, trouvent plus simple de les jeter dans une prairie où il y a des chevaux que d’aller à la déchèterie.

• Le laurier rose : 50 gr suffisent pour provoquer prostration, arythmie cardiaque et troubles digestifs.

• Le laurier cerise : si la consommation est importante : troubles respiratoire et nerveux.

• Le robinier : c’est l’écorce qui est toxique et mortelle : salivation, coliques, diarrhée, troubles cardiaques. Mort en 3 jours.

• Le cytise : très fréquent dans les jardins, toute la plante est toxique. Le cheval tente de vomir, puis convulsion et coma.

• Le buis : il était autrefois utilisé pour purger les chevaux. Tremblements, vertiges, convulsions, et troubles respiratoires. L’issue n’est pas toujours fatale.
• Le rhododendron : atteinte du système nerveux, salivation, coliques, diarrhée, puis paralysie et mort par étouffement.

• La belladone : troubles nerveux, cécité, prostration et mort.

• La galéga (encore toxique en foin) : coliques, œdème généralisé et mort en quelques heures.

• Le thuya : non mortel, provoque de la gastro-entérite en cas de forte consommation.

• Le fusain d’Europe : constipation puis diarrhée, convulsion, rarement mortelle.


Les plantes cultivées

• Le lin : c’est la graine qui est toxique. Cette toxicité disparaît lorsque la graine est chauffée, ce qui est le cas lorsqu’on fabrique de l’huile et des tourteaux. Incoordination, tube digestif silencieux, diarrhée, expiration prolongée.

• Le sorgho : ce sont les repousses, riches en acide cyanhydrique, qui sont toxiques : salivation, yeux révulsés, convulsions. Mort en 1 heure.

• La vesce : contient de l’acide cyanhydrique, avec en plus des allergies et de la photosensibilisation.

• La moutarde noire et moutarde des champs : les graines provoquent une gastro-entérite. Un liquide abondant est sécrété par les naseaux et le cheval meurt par asphyxie.

• Le colza : la plante mais surtout les tourteaux sont toxiques : hyper salivation, toux sèche, urine foncée.


Arbres fréquents

• Les glands de chêne : si la consommation de gland est excessive, elle entraîne colique, constipation et diarrhée sanguinolente.

• Les noyers : le pollen peut provoquer des allergies respiratoires et la consommation des noix de la fourbure.

• Le gui : augmentation du rythme cardiaque et incoordination des mouvements.


Plantes non ligneuses, sauvages et fréquentes

• La cigüe tachetée : cette espèce est mortelle. Elle ressemble beaucoup à la carotte sauvage mais a des taches sur les tiges. Paralysie et étouffement, en 1 heure.

• La fougère mâle et la fougère aigle : même en foin, les symptômes apparaissent au bout de plusieurs jours de consommation : faiblesse, tremblements, spasmes et convulsions.

• La prêle : encore toxique en foin, au bout de quelques semaines d’ingestion répétée, hématurie, troubles nerveux, et mort par paralysie.

• Le lierre terrestre : colique, fièvre, insuffisance cardiaque : les symptômes apparaissent au bout d’une semaine.

• La colchique des prés : toxique même dans le foin : attention au foin acheté dans l’est de la France où la colchique est fréquente. Sueur, coliques, spasmes, problèmes urinaires, paralysie du train arrière.

• La digitale pourpre : surtout lorsque la plante est dans le foin. La toxicité n’apparaît qu’après une longue période de consommation : sang dans des crottins, anorexie, syncopes. Rarement mortelle.

• La renoncule bulbeuse : type de bouton d’or qui provoque diarrhée noire, sang dans les urines, plus rarement cécité et convulsions. Mort possible si la consommation est importante.

• L’euphorbe : toxique même dans le foin ; brûlure de la bouche, diarrhée sanguinolente, convulsion, hématurie.

• La morelle noire et douce amère : non mortelle mais provoque tristesse et prostration, œdème de l’auge.

• L’arum tacheté : non mortelle, mais entraîne une tuméfaction de la langue, et des douleurs buccales et du pharynx, le cheval appuie sa mâchoire sur le sol.

• La porcelle enracinée : appelée aussi chicorée des porcs, cette plante qui ressemble à un pissenlit provoque des troubles de locomotion chez le cheval pouvant mener à l’euthanasie. Elle reflète, lorsqu’elle figure en grand nombre dans un herbage, un niveau médiocre de P et K et un surpâturage de la prairie.

• La mercuriale : encore toxique dans le foin : gastro-entérite, urticaire, œdème, sang dans les urines.

• Le séneçon jacobé : l’intoxication peut être aigüe si la consommation est importante ou chronique ; si la consommation est faible et répétée : fièvre, accélération du rythme cardiaque et respiratoire.

Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive. Les précautions à prendre consistent donc à ne pas détenir de plantes ornementales toxiques chez soi et à être vigilant en randonnée. Mais aussi de parcourir les pâtures régulièrement, de veiller à les entretenir et repousser les plantes toxiques. Il faut aussi éviter le surpâturage qui favorise la colonisation des espèces indésirables.




Source : Bruno Osson, Gnis

********************************************************

L'or des gitans ne brille ni ne teinte. Il luit dans le soleil et hennit dans l'obscurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://moncheval-mapassion.forumpro.fr
 
Les plantes toxiques pour les chevaux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plantes toxiques pour le bétail (belgique)
» Plantes toxiques pour Ouessant
» plantes toxiques
» chèvre et plantes toxiques 1
» Plantes toxiques pour les poules ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mon Cheval Ma Passion :: LE CHEVAL AU QUOTIDIEN :: Alimentation-
Sauter vers: